Parentalité Bienveillante, se souvenir

On nous ment, on vous ment

Soyez libre là où vous êtes.

La liberté: aucune personne (ou chose) extérieure ne peux nous l’apporter.

C’est en tes propres profondeurs que tu dois aller la chercher.

– Thich Nhat Hanh –

C’était écrit: « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants« . Je l’ai vue cette phrase, je l’ai lue, je l’ai entendue, elle s’est inscrite en moi, insidieusement, discrètement pour construire une croyance sur laquelle j’ai basé des espérances.

On nous ment. Depuis notre plus tendre enfance, on nous ment. On nous ment sur l’essentiel de la vie. On nous ment sur le but d’une vie. On nous ment sur le déroulement de la vie. Pourquoi on ment toujours aux enfants ? Ils finissent toujours par grandir et déchanter… On ment pour les préserver… sûrement. Un mensonge pour protéger plutôt qu’une vérité qui détruit ? Choix cornélien…

Mes filles, je ne vous mentirai pas. Je vous protégerai, j’adoucirai, mais je ne vous mentirai pas… La vie c’est parfois pas la grande joie. C’est parfois dur, c’est parfois sec, ça griffe, ça mord, ça tord, ça explose, ça te fait boire la tasse et tes illusions, tes rêves trépassent.

Dans le creux de la vague, tu ne vois plus l’horizon. Perdu dans le noir, tu luttes et tu barres à bâbord, barres à tribord, tu essayes tant bien que mal de mener ta barque au bon endroit, là où c’est doux et rassurant, chaud, aimant, confortable, agréable, paisible, prévisible. La tempête t’as surprise. Ton endroit, ta maison, elle est où maintenant ?

Dans le creux de la vague, tu ne peux plus voir le phare éclairant ton horizon, ton guide, ton repère. Tu continues de te battre contre les éléments et puis un jour tu décides que c’est assez. Tu t’assois et tu attends.

N’oublie pas, que dans le creux de la vague, tu peux encore apercevoir les étoiles. Lève la tête et patiente. Laisse-toi emporter, dériver, sans lutter, sans t’accrocher. Comme chaque contraction te rapproche de la rencontre avec ton enfant; chaque vague te mène vers cet endroit, là où tu grandiras, là ou tu apprendras. Inspire, souffle et souris aux étoiles, elles te chuchotent que ça ira, elles étaient là au commencement, elles savent que ça ira, que ça passera.

Mes filles, je ne veux rien vous cacher de tout cela. La vie c’est pas un conte de fée, la vie c’est la réalité. Un savant mélange d’intenses moments de joie, agrémentés de désespoir, de tempêtes et de calme plat. Et parfois étonnamment, la tempête nous ouvre à un nouvel horizon, une côte différente, que l’on avait pas osé imaginé. Ça peut être effrayant, car l’inconnu c’est toujours un peu déstabilisant, mais allez voir mes aventurières courageuses ! Allez voir ce que la tempête peut vous offrir!

Mes filles, je sais que c’est pas évident, je sais que c’est compliqué, je sais que parfois à l’intérieur de vous c’est tout mélangé, comme les gros « crabouillages » que l’on fait ensemble pour sortir nos colères sans avoir à crier… c’est ce que je veux que vous reteniez: c’est pas intéressant de tout garder à l’intérieur; il faut se confronter pour apprendre et progresser. Sinon tu sombres petit à petit dans ton ombre à force de ne pas vouloir faire entrer la lumière.

Mes filles, c’est parfois aussi un gros « crabouillage » à l’intérieur des adultes, et même bien plus souvent que dans le cœur des enfants. Vous êtes mes arc-en-ciel après l’orage, mes deux merveilles. Ne laissez pas les « crabouillages » prendre toute la place.

Mes filles, parfois la vie c’est comme ça, un ouragan qui fragilise, un ouragan qui nous brise et qui vient tout emporter, tout ce que l’on prenait pour la vérité. De notre capacité à nous relever, on en tirera une force, de notre capacité à comprendre, on en tirera un enseignement, de notre capacité à l’empathie, on évoluera dans la compassion.

Mes filles, dans les tempêtes ou le calme plat, dans le clapotis qui berce ou dans la vague qui vous projette à terre, je serai là. Votre rocher. Votre refuge. Toujours, vers moi, vous pourrez vous tourner, pour vous reposer, vous rassurer. Pour vous, je serai toujours un roc inébranlable.

Je vous apprendrai que l’on peut se relever d’une mise à terre, je vous apprendrai que l’on a le droit de pleurer, fort, que l’on a le droit d’être en colère, fort, que l’on a le droit d’être déçus, fort… Que c’est humain. Que c’est normal. Que ça passera, comme toute chose, ça passera…

Je vous apprendrai à vider vos poubelles de temps en temps. Parce que se présenter aux autres, bardé de sac en plastiques qui sentent le moisi, c’est pas attrayant, ça ne sert à rien, c’est encombrant et ça sans mauvais. Je vous apprendrai à ne pas accumuler, à vous alléger pour mieux vous envoler, vers votre vrai personnalité, pas celle qui se déguise et porte des masques pour le carnaval du quotidien.

Je vous apprendrai aussi que l’on peut toujours y croire au retour du calme doux, tant que l’on voit les étoiles; que l’on DOIT y croire et s’y accrocher… tant que l’on voit les étoiles…

Je vous apprendrai surtout à vous aimez-vous même, pour ne jamais avoir à chercher à l’extérieur ce joyau précieux que vous avez déjà à l’intérieur, depuis toujours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s