se souvenir

10 ans plus tard

Il y a 10 ans, je vivais à Paris. Une vie de sorties, de restos, de shopping, de petites folies au quotidien. Je m’apprêtais à me marier avec mon amoureux. On était heureux tous les deux, avec notre premier bébé :notre chien à qui on donnait beaucoup d’amour et qui nous le rendait bien.

Il y a 10 ans je m’apprêtais à arrêter ma contraception. Je ne savais pas que 7 années de déceptions allaient suivre ce premier pas vers la maternité qui a tant tardé à arriver. Mais tout vient à point à qui sait attendre et finalement notre merveille est arrivée au bon moment comme par enchantement.

Il y a 10 ans, je me maquillais un peu trop, portais des jupes très courtes et prenais le métro. Je dormais 8 heures par nuit, à des heures choisies. J’avais tellement de temps pour moi, que parfois je ne savais pas quoi en faire…l’enfer! 😉

Il y a 10 ans, je faisais du sport tous les jours, dégustais du bon vin avec des amis, me couchais tous les soirs à minuit.

Aujourd’hui, je me maquille beaucoup moins, voir plus du tout, j’ai des rides aux coins des yeux et des cernes qui complètent le tout. Je n’ai plus tellement de temps pour moi, je ne fais plus de shopping et tout cela me va.

Aujourd’hui je vis au Canada. Je sais ce que c’est -30 degrés et avoir les narines congelées. J’ai vu plus de sapins en 6 ans que toute ma vie auparavant. Je connais de goût de la poutine, la grandeur d’un orignal et les tempêtes où la neige tombe à l’horizontal.

Aujourd’hui j’ai un enfant dans mes bras, un autre dans mon ventre, j’ai toujours mon amoureux mais plus de chien. J’ai appris l’adaptation, la remise en question, le manque, le chagrin et les petites joies du quotidien. Mais j’ai surtout appris à voir battre mon cœur en dehors du mien.

Aujourd’hui je suis devenue minimaliste, je connais les pédagogies alternatives, je suis une pro des couches lavables, du cododo et du portage, je mange des gâteaux en pâte à modeler, des salades de pomme de pins désintégrées. Je connais par cœur Franklin et Petit Ours brun. Sur ma table de nuit, il y a des Toupie et des Pomme d’Api, des livres sur la parentalité et des playmobiles. J’ai appris à aller au-delà de moi-même: allaiter 34 mois alors que je ne pensais pas dépasser les 12, étendre ma patience à l’extrême sans trop de peine.

Aujourd’hui je fais passer les besoins d’un autre être humain bien avant les miens. J’ai appris à aimer, sans jamais avoir rencontré. J’ai appris la douleur de la naissance, l’émotion d’un premier cri, tout autant que le bonheur d’entendre un « maman je t’aime pour toute la vie ». J’ai parfois eu les larmes aux yeux, d’avoir reçu en cadeau, un caillou, une fleur bleue de la part d’une petite main potelée, que je tiens précieusement dans la mienne, tant que je peux le faire, en n’oubliant pas que tout est éphémère.

Aujourd’hui j’ai grandi et je sais que la vie est précieuse, lumineuse, qu’il faut savoir où regarder. Je sais qu’une minute peut durer l’éternité, comme s’envoler à la seconde en fumée. Je sais que tout peut basculer, toujours, à chaque instant, à chaque détour. Je connais mes priorités et j’essaye de tout combiner, pour que chacun soit satisfait. Je sais que chaque instant ne reviendra pas et qu’il ne tient qu’à moi d’en faire une symphonie harmonieuse plutôt qu’une cacophonie laborieuse. 

Viens discuter avec moi sur Facebook et instagram  !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s