Bien-être, Parentalité Bienveillante

Comment réagir face à un enfant qui teste les limites

Comment répondre à un enfant qui teste les limites ? L’enfant qui tape, celui qui pousse, celui qui parle mal, qui manque de respect, etc.

L’être humain est ainsi fait qu’il a BESOIN de connaitre les limites de l’autre, de son environnement pour pouvoir s’apaiser. Un environnement sans aucunes limites est déstabilisant. D’autre part, l’aspiration profonde de l’humain est d’évoluer dans la JOIE et d’avoir une capacité d’action sur la façon dont il va nourrir ses BESOINS.

 L’enfant qui teste dit en réalité: 

« Je veux découvrir mes capacités d’actions »

Ainsi, pour que l’enfant puisse découvrir ses capacités d’action, il a besoin de repères clairs.

Il existe plusieurs façons d’y répondre : certains vont tomber dans une relation de pouvoir fort/faible, dominant/dominé… Mais est-ce vraiment ce genre de relation que l’on veut avec nos enfants ? ou bien sommes-nous plus confortables dans une relation qui utilise la coopération et la compréhension de l’autre dans le but de goûter la joie d’être ensemble ?

Processus

1/ Je me relie au besoin que l’enfant cherche à exprimer. J’observe la stratégie qu’il utilise (taper, se moquer, etc)

2/ Si j’ai besoin de prendre une pause parce que je sens que je vais exploser, je vais respirer calmement dans une autre pièce pour revenir disponible à aider mon enfant à avancer dans son exploration des relations humaines.

3/ Je lui pose des questions pour déterminer quel est son besoin : « Quand tu fais ceci, cela, est-ce que tu cherches à savoir jusqu’où tu peux aller ? Est-ce que tu as besoin d’attention ? Tu aimerais que je joue avec toi ? Tu voudrais un câlin ? ». Lorsqu’il répond oui: youpi ! J’ai identifié quelque chose qui résonne en lui.

4/ J’exprime mon RESSENTI. « Tu sais, quand tu fais cela, moi ça me rend triste, ce n’est pas agréable, je ne me sens pas confortable avec ce geste, cette parole. J’aimerais pouvoir t’aider, je suis là, je suis prête à t’écouter, mais je ne suis vraiment pas à l’aise avec cette façon de faire. »

5/ On lui donne une CLÉ qui lui sera utile toute sa vie : on va l’aider à mesurer l’IMPACT de ses actes sur les autres.  » Quand tu fais ceci, tu vois, cela a des conséquences sur moi… Ça me contrarie, ce ne me donne plus le goût de jouer avec toi, ce soir, je ne vais  peut-être plus avoir envie de te lire une histoire… Tout cela me vraiment triste ! Parce que ce n’est pas ce que je veux comme relation avec toi parce que je t’aime, j’aime être avec toi, j’aime prendre soin de toi  » …

« Qu’est-ce que tu as compris ? » Je laisse l’enfant me redire avec ses mots ce qu’il a compris… Je suis toujours autant surprise de la capacité de compréhension des enfants, même les plus petits !

« C’est comment pour toi quand tu entends ça ? Ça te fais quoi ? « 

Loin du processus de PUNITION (jugements négatifs) /RÉCOMPENSE (jugement positif), utilisé par notre éducation traditionnelle (et également utilisée pour le dressage des animaux!), la CNV nous permet d’aller chercher un peu plus loin et de découvrir le besoin caché derrière les actes. Cela permet d’exprimer nos ressentis. Ainsi on s’élève ensemble, en comprenant que nos actes ont des conséquences SUR les autres et l’environnement (et pas seulement si il aura le droit ou non à un dessert/bonbon/dessin animé, qui centre l’enfant uniquement sur lui-même).

mespetitscarnetsdemaman.com20180320

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s