Parentalité Bienveillante

L’écoute active

Article en collaboration avec le blogue Je materne

Les enfants sont des éponges ! La façon dont nous agissons, comment nous parlons, écoutons et de quelle manière nous interagissons avec notre environnement … est observé attentivement et passionnément par nos petits, avide d’apprendre rapidement comment faire la même chose ! Si nous aspirons à un monde plus juste et plus empathique, nous devons montrer le bon exemple à ces adultes en devenir.

dsc03694-2-s

Lorsque je me suis penchée sur les travaux de Thomas Gordon, j’ai été intéressée par la méthode qu’il propose: l’Écoute Active. Dans nos relations familiales ou amicales, la majorité des conflits viennent de problèmes de communication. La méthode Gordon propose une approche concrète et facilement applicable dans notre quotidien pour accéder à une meilleure communication et donc à une réduction des conflits.

L’Écoute Active consiste à écouter l’autre avec toute notre attention, en accueillant ce qu’il dit, ce qu’il ressent, ce qu’il vit, sans chercher de solution immédiate à sa place. On n’aspire plus seulement à défendre ses propres besoins tout en organisant sa revanche, mais on cherche aussi à comprendre ce que vit l’autre… Et si on s’écoutait vraiment ?

Comment ca fonctionne ?

Dans l’écoute active l’adulte se met à la place de l’enfant afin de comprendre ce qu’il vit. Il est dans l’empathie…

… Il reformule les propos de l’enfant afin de l’aider à exprimer ce qu’il ressent, pose des questions ouvertes…

… Il l’aide à définir ses besoins…

…Pour l’amener à trouver une solution à son problème de lui-même.

1/  Écouter pour identifier ce que vit l’enfant

 Lorsque l’enfant cherche à communiquer, laisser de côté quelques minutes la vaisselle, le linge, le téléphone… Se mettre à sa hauteur et l’écouter attentivement. Le laisser aller au bout de ce qu’il cherche à exprimer, en l’aidant si besoin à approfondir sa réflexion, par des questions ouvertes. Il est important de laisser l’enfant exister par lui-même sans lui imposer notre propre ressenti. Les émotions ne sont ni bonnes, ni mauvaises, elles veulent toutes dire quelque chose. Faire confiance ! L’enfant est tout à fait capable de trouver une solution satisfaisante à son problème par lui-même! Ce sont des petits êtres très imaginatifs !

 2/ S’exprimer en « je »

En parlant à la première personne nous exprimons nos propres ressentis et besoins sans accuser l’autre. L’enfant est responsabilisé dans la relation puisqu’on l’invite à collaborer avec nous afin de trouver une solution acceptable pour chacun. Par imitation, il apprend à écouter les besoins de l’autre et à s’ exprimer clairement.

3/ Résoudre les conflits sans perdants

Les conflits sont inhérent à la vie ! En oubliant la méthode autoritaire (parent gagne/enfant perd) ou laxiste (enfant gagne/parent perd), et en utilisant des moyens de communication efficaces, on parvient à une résolution de conflits collaborative qui répond aux besoins de chacun. La relation parent/enfant s’en trouve renforcée. Chacun grandit dans sa confiance en l’autre.

L’écoute active permet…  

  •  De renforcer la relation parent/enfants. Chacun gagne dans la confiance en lui et en l’autre.
  • De renforcer l’autonomie de l’enfant en lui permettant de trouver une solution à ses problèmes par lui-même.
  • De comprendre ses émotions et de ne plus en craindre certaines comme la peur, la colère, la jalousie, etc, mais de les apprivoiser. Et une fois libéré de celles-ci, on peut plus facilement passer à autre chose.
  • Des enfants plus réceptifs aux messages des parents ! Si nous, parents, écoutons attentivement lorsqu’un autre s’exprime, les enfants feront de même par imitation !

Et avec les touts petits ?

dsc05808-3-sPuisque les bébés ne peuvent pas s’exprimer par des mots, les outils ne sont pas les mêmes, mais le principe reste identique. Les nourrissons et les enfants de moins de 4 ou 5 ans, qui n’ont pas encore acquis le vocabulaire nécessaire pour s’exprimer comme ils le souhaiteraient, communiquent leur ressenti directement par des messages non verbaux. Leurs émotions n’ont pas encore de filtre. Ils expriment ce qu’ils ressentent dans l’instant… Le bébé pleure, le petit enfant se roule par terre de colère… Ce sont des besoins qu’ils tentent de nous communiquer.

  • On ne laissera pas pleurer bébé et on cherchera à comprendre ce qui le dérange (couche, faim, froid, chaud, besoin de câlins, de se sentir rassuré, de jouer…). Les pleurs sont le seul moyen de communication qu’il a à sa disposition. Écoutons-le !
  • Laisser la possibilité aux petits d’exprimer tous leurs sentiments (fâché, colère, content, ennui…). Les parents peuvent poser des mots sur ce que semble exprimer le bébé « Tu es fâché de sortir du bain car tu voulais continuer à jouer? », cela lui apprendra petit à petit à identifier et à exprimer ses ressentis.

L’enfant se sent compris, il développe sa confiance en l’autre, ses capacités à communiquer clairement ce qu’il ressent et renforce son autonomie.

L’écoute active se rapproche beaucoup de la Communication Non Violente (Marshall B. Rosenberg). L’empathie demeure au cœur du processus de communication. Sans être laxiste, cette méthode éducative sort du traditionnel rapport de force autoritaire parent/enfant en partant du principe que les besoins fondamentaux de l’enfant mais aussi des parents peuvent être satisfaits.

Je vous souhaite des échanges enrichissants avec vos enfants 🙂

Définir les différentes situations relationnelles afin de les aborder grâce à des outils concrets

  • Mon enfant a un comportement qui me dérange. Je veux travailler et il fait du bruit juste à côté de moi. (J’ai un problème. La balle est dans mon camp.), ou mon enfant veut me parler, mais pour le moment je n’ai vraiment pas de temps à lui accorder. Peut-être dans 30 minutes?
    => J’exprime mon ressenti et mes besoins en employant « je ». Utiliser des outils comme un sablier pour l’aider à mesurer le temps.
  • On s’est moqué de mon enfant à l’école, cela le rend triste. (Il a un problème. Cela lui appartient).
    => J’écoute activement ce qu’il exprime. Je l’aide à exprimer ses émotions, ses besoins et à trouver une solution acceptable pour lui.
  • Enfants et parents se disputent pour l’heure des repas. (Toute la famille a un problème).
    => Utiliser la résolution de conflits sans perdants pour que chacun trouve son besoin satisfait. C’est une belle opportunité de discussion familiale !
  • Mon enfant est très fier d’une réalisation qu’il a faite et veut me la montrer.
    => Je prend le temps de l’écouter, de lui poser des question sur sa réalisation, je m’intéresse à lui. J’exprime ma joie, ma fierté… en employant le « je ». Je vis un moment privilégié avec mon enfant.

Source:

– Parents Efficaces – Une autre écoute de l’enfant de Thomas Gordon Ed.Poche Marabout

– Parents Efficaces au quotidien – La méthode Gordon racontée par des parents qui l’ont appliquée de Thomas Gordon Ed. Poche Marabout

http://www.ateliergordon.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s